Pixlib Document (la “main” classe pratique)

Cet article va vous permettre de connaitre l’utilisation de base de Pixlib, avec tous les avantages offerts par cette utilisation.

En effet, Pixlib arrive avec une classe principale nommée PXBaseDocument qui sera le point de départ de votre application.

Rien d’obligatoire bien entendu, comme dans tout le framework Pixlib, mais l’utilisation de cette classe vous fera gagner énormément de temps.

Voyons comment….

La PXBaseDocument classe; qu’il faut étendre en tant que votre “main class” pour votre projet, permet automatiquement, de gérer :

  • L’alignement interne du SWF en haut à gauche.
  • La mise à l’échelle du SWF en mode “noScale”.
  • Le menu contextuel caché par défaut.
  • Le root de l’application est automatiquement enregistré par la classe PXApplication.
  • Les Flashvars passées par HTML ou bien par le biais de l’URL sont automatiquement enregistrées. (les variables passées par URL écrasant les variables variables définies par le biais du HTML).
  • la méthode onDocumentReady est appelée quand tout est prêt (ce qui restera vrai dans les futures extensions de cette classe).

Voici un exemple de ‘main‘ classe pour vos applications Pixlib :

package
{
	public class MyMainClass extends PXBaseDocument
	{
		/**
		 * Triggered when PXBaseDocument initialization is complete.
		 */
		override protected function onDocumentReady() : void
		{
			//TODO your stuff here
		}
	}
}

L’avantage de passer par cette classe PXBaseDocument est de pouvoir utiliser par la suite des classes comme la PXLayerManager permettant un agencement simple en calque de vos clips.

La PXLayerManager permet de gérer l’emplacement de vos clips (en terme de couche (layer)) dans toute votre application. Le PXLayerManager permet de créer rapidement, via ses méthodes internes,  de nouveau conteneur de clips avec cette architecture :

  • main
    • bottom : PXLayerManager.getInstance().addBottomLayer()
    • content : PXLayerManager.getInstance().addContentLayer()
    • top : PXLayerManager.getInstance().addTopLayer()
  • high : PXLayerManager.getInstance().addHighLayer()

Les Flashvars étant traitées à ce niveau, cela permet de configurer votre application dès l’initialisation de celle-ci et sans écrire par vous même une ligne de code pour récupérer ces Flashvars.

La classe PXApplication est de même initialisée par ce biais, ce qui permet par la suite de récupérer, par exemple :

  • le root de l’application
  • la taille de l’application

Il suffit de sur définir la méthode “onDocumentReady” pour réaliser vos propres traitements une fois le moteur principal initialisé. Cependant, les méthodes de la classe PXBaseDocument étant majoritairement “protected“, rien ne vous empêche de ré écrire certaines des méthodes de bases à votre convenance. C’est toute la liberté offerte par Pixlib.

Nous verrons dans les prochains articles les utilisations plus spécifiques de Pixlib, comme la Loading API, la gestion des commandes, etc.

Happy coding with Pixlib !

This entry was posted in Core, Framework, Tutorial and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre lang="" line="" escaped="" cssfile="">